L’une chante, l’autre aussi. Dans des chœurs d’ici et d’ailleurs, elles ont exploré d’inventives ressources de la voix.

Myriam Mélotte est professeure d’éducation musicale, animatrice des groupes « Les Voix de garage » et « Les Tuyaux d’amour ». Le répertoire classique, la chanson française des années trente, la recherche sonore et vocale font partie de ses passions toujours réinventées.

Anne Quintin s’est investie dans le chœur de chambre de Namur, dans le chant grégorien, dans la chanson picarde et française. Elle poursuit son exploration de la voix dans ses dimensions physiques, psychiques et artistiques, et son prolongement dans le chant.

Ces deux praticiennes et formatrices liguent leurs belles énergies pour un projet mûri au soleil de l’amitié. Au départ d’improvisations, d’expérimentations, elles ont conçu un spectacle empli d’une alchimie nourricière. Dans cet itinéraire vocal, s’inscrivent les origines et les pulsions du monde. Témoins, ce désir inaudible du créateur, cette toile de pages médiévales, de berceuses, d’instruments premiers. Témoin, cet espace empli d’une résonance singulière, qui atteint l’être dans ses fibres et vibrations.

Voix des ombres, voix de femmes : elles sont deux à porter un chant du commencement. La spontanéité de l’aube s’allie à l’acquiescement diurne, à la ferveur rebelle du soir. Un sentier s’ouvre, forant dans la matière vocale son tracé voluptueux.

 

Françoise Lison-Leroy